mercredi 8 avril 2015

L’orgue est enfin de retour

L’orgue Micot-Wenner, « réquisitionné » pour Bordeaux en 1803, puis abandonné dans un grenier, vient enfin de retrouver l’abbatiale après plusieurs années de restauration dans le Vaucluse.



Depuis une quinzaine d'années l'association les Amis de l'orgue de Saint-Pierre de La Réole et sa présidente Régine Clavet œuvrent afin que La Réole récupère son orgue Micot-Wenner. Ce moment tant attendu est enfin arrivé puisque ce samedi l'église, après plus de deux cents ans d'attente, a reçu son orgue.


En 1764, les bénédictins de l'abbatiale Saint-Pierre commandent au facteur d'orgue Jean-Baptiste Micot de leur construire un instrument. Trente ans plus tard (1803) Mgr d'Aviau réquisitionne l'orgue en faveur de la cathédrale Saint-André de Bordeaux qui avait perdu le sien lors de la période révolutionnaire de 1800. Puis il est échangé avec l'orgue de l'église Sainte-Croix de Bordeaux en 1811. En 1855 les facteurs Georges Wenner et Jean-Jacob Götty agrandissent l'instrument réolais (l'orgue passe de 22 jeux à 40). Il devient donc l'orgue Micot-Wenner et est classé au titre des monuments historiques en 1977.
200 ans après...
En 1985 il joue pour la dernière fois avant d'être démonté et mis en caisses dans un grenier. Créée à l'aube de l'an 2000 l'association des Amis de L'orgue se mobilise pour faire revenir l'instrument à La Réole. En 2008 la municipalité de Bordeaux, par délibération du conseil municipal, signe une convention de cessation de propriété en faveur de la cité réolaise.
Après son rapatriement, Thierry Semenoux technicien conseil à la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles) fait un triste constat : l'orgue a souffert et nécessite une restauration importante. C'est le facteur d'orgue Pascal Quoirin qui est chargé de cette dernière. L'instrument réolais part en terre vauclusienne et retrouve enfin tout son allant. Mais il faut faire vivre cet orgue et donc faire appel à un organiste. C'est Uriel Valadeau qui est choisi. Tout jeune, il est fasciné par l'instrument, parcourt le monde et est récompensé plusieurs fois.
Une chose est désormais certaine, c'est que l'orgue Micot-Wenner résonnera bientôt dans les murs de l'abbatiale Saint-Pierre. Des festivités sont prévues dès que l'instrument sera remis à sa place initiale.
Emmanuelle Patachon

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire