dimanche 3 juin 2018

Liverdun : Traitement de choc pour l’orgue

L’orgue Callinet est atteint par des vers à bois. Une mission très technique a été mise sur pied en automne afin d’éviter une catastrophe. Une visite des chantier a eu lieu à un mois de la fin des travaux.


Jean-Baptiste Gaupillat, Christian Lutz, Julien Robaine et Francine Roussel lors de la visite technique.

L’orgue Claude-Ignace-Callinet (1847) de l’église Saint-Pierre de Liverdun est quasiment en état d’origine. Sa partie instrumentale est toujours en usage et est classée au titre des Monuments historiques depuis 1984. Restaurée en 1998 par Laurent Plet, Macey (Aube).
Atteint par des vers à bois (la vrillette : insecte coléoptère xylophage qui creuse le bois), l’orgue était donc menacé s’il ne recevait pas rapidement un traitement de choc.

Commencée à l’automne, une mission très technique a été confiée à Jean-Baptiste Gaupillat, facteur d’orgues de Noviant-aux-Prés. Pour certaines parties de l’orgue, un traitement par procédé thermique était essentiel. En effet les insectes xylophages ne subsistent pas au-delà d’une températures de 60°. Cette voie thermique étant curative, le recours aux produits chimiques insecticides (style xylophène) afin de constituer une barrière préventive de surface a également été nécessaire.
A un mois de la fin des travaux, une visite de chantier s’est déroulée en présence de Francine Roussel, présidente de l’association des Amis de l’Orgue ; Julien Robaine, directeur des services techniques ; Christian Lutz, technicien pour les orgues auprès des Monuments historiques pour le grand Est ; et Jean-Baptiste Gaupillat, facteur d’orgue.
Le coût de cette opération est financé par la ville et subventionnée par la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles).

Doudeville : la création de l'association pour la rénovation de l'orgue avance

Doudeville : la création de l'association pour la rénovation de l'orgue avance

C'est en présence du maire Erick Malandrin, et d'Emeric Gemey, adjoint, ainsi que de Philippe Petitdemange, facteur d'orgue qui s'occupe de l'entretien du petit orgue de l'église doudevillaise, que s'est tenue vendredi dernier, une réunion pour la mise en place d'une association dont le but sera la restauration et l'animation du grand orgue de l'église doudevillaise.

Saintes : l’orgue de Saint-Vivien sur la voie du sauvetage

L’Association pour la protection, la connaissance et le chant des orgues de Saintes (Apcos) a collecté une grande partie de sa contribution pour la restauration de l’instrument.





Saintes : l’orgue de Saint-Vivien sur la voie du sauvetage

Lescar : les Journées mondiales de l’orgue passent par la cathédrale

Des concerts auront dans le monde entier ce week-end. A Lescar, rendez-vous dimanche à 16h.

Les Journées mondiales de l’orgue 2018 proposent aux organistes du monde entier un immense défi à relever. Il faut qu’entre samedi 12 mai minuit et dimanche 13 mai minuit, quelque part sur terre, un orgue chante.

Si le défi peut sembler aisé quand on suppose le nombre d’orgues sur les cinq continents, il faut néanmoins se mobiliser pour offrir au public de belles représentations.

Une acoustique exceptionnelle

Riche de ses 32 jeux et des magnifiques couleurs sonores qu’on lui connaît, l’orgue de la cathédrale de Lescar ne peut que participer à cette immense farandole et c’est l’organiste titulaire Philippe Bense qui jouera ce dimanche 13 mai à 16h. Les mélomanes pourront entendre des œuvres de Charles Rinck, Antonio Valente, Neiji Hakim, Juan Urteaga, ou Jean Langlais, qui seront magnifiées par l’acoustique exceptionnelle de la cathédrale.
Et en plus, ce récital d’orgue est offert à tous avec entrée gratuite. Une bonne occasion de découvrir l’instrument local et de soutenir cette journée mondiale de l’orgue.

Lescar : les Journées mondiales de l’orgue passent par la cathédrale

Le Jour de l'Orgue 2018 avec Thomas Ospital, Éric Lebrun et Philippe Lefebvre

Le Jour de l'Orgue 2018 avec Thomas Ospital, Éric Lebrun et Philippe Lefebvre



Au sommaire aujourd'hui

►07h40 - La chronique de Christian Merlin : Quand l'orchestre sort de la fosse : l'Orchestre de l'Opéra en concert
►07h56 - Les Dépêches Notes de Sofia Anastasio : Dépêches Notes du vendredi 11 mai 2018
►08h05 - Les invités du jour : Thomas Ospital, Éric Lebrun et Philippe Lefebvre
►08h53 - La chronique de Roselyne Bachelot : L’Opéra de Sydney et Joan Sutherland

♫ Programmation musicale

Astor PIAZZOLLA
Michelangelo 70
Trio Astoria
LUDE & INTERLUDE
Hector BERLIOZ
Carnaval romain : Ouverture
Orchestre philharmonique de Radio France, Myung Whun Chung
DECCA 
Ludwig van BEETHOVEN
Bagatelle en mi bémol majeur op.126 n°6
Nelson Goerner
ALPHA
Franz DANZI
Symphonie concertante en mi bémol majeur : III. Rondo allegretto
Emmanuel Pahud, Paul Meyer, François Leleux, Gilbert Audin, Orchestre de Chambre de Munich, Daniel Giglberger
WARNER CLASSICS 
Piotr Ilitch TCHAIKOVSKY
Méditation op.72 n°5
Alexandre Kantorow
BIS
Antonin DVORAK
Quintette n°2 en la majeur op.81 : II. Dumka : Andante con moto
Quatuor Alban Berg, Elisabeth Leonskaja
EMI

♫ Programmation musicale des invités

Igor STRAVINSKY
Petrouchka : 1er tableau : La foire à Saint Pétersbourg (arrangement pour orgue)
Pierre Pincemaille
SOLSTICE  
Jean-Sébastien BACH
Concerto en la mineur pour orgue BWV 593 : I. Tempo giusto
André Isoir
CALLIOPE 
Thierry ESCAICH
Etude choral pour orgue n°1 : Nun freut euch ihr Christen
Thomas Ospital  
TEMPERAMENTS
ANONYME
Benicamus Domino
Ensemble vocal de Notre-Dame de Paris, Sylvain Dieudonné  
MAITRISE NOTRE-DAME DE PARIS
Wolfgang Amadeus MOZART
La Flûte enchantée : Ouverture - version pour orgue à 4 main
Eric Lebrun, Marie-Ange Leurent
MONTHABOR
Francis POULENC
Concerto en sol mineur pour orgue : II. Allegro giocoso  
Philippe Lefebvre, Orchestre national de Lille, Jean-Claude Casadesus
NAXOS

dimanche 7 janvier 2018

L’orgue de la Chapelle Royale a retrouvé sa place

Il a retrouvé son ton d’origine, fort et chaleureux. L’orgue de la Chapelle Royale, conçu en 1845 par le célèbre facteur d’orgue Aristide Cavaillé-Coll, vient de subir un relevage. Un grand nettoyage réalisé par Pierre et Oscar Maciet.

Le silence est tout à coup rompu par une cascade de sons légers et espacés, puis la respiration se fait plus forte, l’air s’engouffre dans les tuyaux, les gosiers s’actionnent, la puissance du son retentit dans la chapelle. L’orgue a retrouvé toute sa puissance, avec, au clavier Jean d’Albi, organiste principal de la Chapelle Royale de Dreux. En présence du prince Jean d’Orléans, Jean-Louis Sureau, secrétaire général de la Fondation Saint-Louis, Thierry Petit, régisseur du domaine, et Irène Jourd’heuil, conservatrice des monuments historiques à la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles), l’organiste a fait ressortir le travail réalisé par Pierre Maciet et son fils Oscar, facteurs d’orgues installés à Montainville dans les Yvelines. « Nous avons procédé à un relevage. C’est un grand nettoyage qui consiste à démonter la plupart des 1.155 tuyaux en étain plomb ou étoffe (mélange de plomb et d’étain), à dépoussiérer, réviser la mécanique, réparer les gosiers et effectuer différents réglages avant de remettre en place et de vérifier l’harmonie », expliquait Pierre Maciet qui connaît parfaitement l’orgue de la Chapelle Royale pour avoir travaillé dessus dans ses jeunes années avec son père Adrien. C’est avec son fils Oscar qu’il veille désormais sur l’instrument drouais. « Aucuns travaux n’avaient été réalisés sur cet instrument depuis les années 80 », rappelait Thierry Semenoux, technicien conseil auprès des monuments historiques, qui a suivi avec intérêt ceux réalisés par le facteur d’orgue. « L’idéal serait d’organiser des concerts car, plus un orgue est utilisé, mieux il se porte », ajoutait le technicien. « Les travaux de relevage de l’orgue ont coûté 35.000€, financés par la Fondation Saint-Louis et l’Etat », indiquait Jean-Louis Sureau. L’orgue n’est pas le seul trésor que recèle la Chapelle Royale. Outre ses superbes gisants et vitraux, il existe dans la sacristie une collection d’habits liturgiques et de missels du XIXème siècle, brodés de fils d’or que Jean-Louis Sureau et Thierry Petit aimeraient sortir de leurs placards pour permettre au plus grand nombre de les admirer. Une idée d’exposition accueillie avec intérêt par Irène Jourd’heuil.

L'orgue de la basilique a retrouvé un second souffle


Le facteur d'orgue Barthélémy Formentelli a passé plus d'un mois à rénover sa création, l'orgue de l'édifice religieux saint-laurentais.
Patrimoine
Depuis 1998, date de son installation au sein de l'édifice religieux, l'imposant orgue Formentelli est soumis aux variations climatiques et aux aléas du temps qui passe. Fin 2016, une analyse avait sensibilisé la municipalité à l'impérieux besoin de travaux de relevage sur cet instrument.
Un ouvrage unique
Il aura fallu trois années au facteur d'orgue italien, Barthélémy Formentelli, pour donner naissance à la première mouture de cet instrument qui fut, d'abord, destiné en 1987 à un particulier originaire de Brescia, en Italie. Avant d'être racheté et installé dans la basilique saint-laurentaise en 1998, l'orgue subira des transformations d'envergure, agrandissement, ajout de trompettes en chamade, ajout de jeux...
D'une beauté rare, magnifiée notamment par ses boiseries en merisier d'Italie et ses 3 000 tuyaux, il est d'une extrême fragilité, offrant une qualité sonore appréciée. « L'orgue est unique, car possédant sa propre harmonie instrumentale, explique Barthélémy Formentelli. C'est un juste équilibre des contraintes donné par le facteur d'orgue. »
Un orfèvre en la matière
Barthélémy Formentelli, 78 ans, affiche cette passion chevillée au corps lorsqu'il évoque son travail. Une expérience et un savoir-faire qu'il a développé en soixante-cinq années de travail. Il a commencé à l'âge de 14 ans : « J'ai fait mon apprentissage à l'école de menuiserie de Paris, puis travaillé durant neuf années auprès de maîtres en la matière, notamment le célèbre facteur d'orgue Victor Gonzalez. » À 25 ans, il décide de rejoindre l'Italie, plus précisément Vérone, afin d'y installer, en 1964, son atelier au sein duquel, avec ses six ouvriers et son épouse, il exerce toujours son art.